Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Psycho

Psycho : Nos conseils pour arrêter de culpabiliser tout le temps

Publié par
Priscilla BM
, le
Psycho : Nos conseils pour arrêter de culpabiliser tout le temps

C'est plus fort que toi : à la moindre erreur, à la moindre contrariété, à la moindre décision, tu ne peux t'empêcher de culpabiliser. Un sentiment néfaste dont il est possible de se débarrasser.

Quand tu annules une soirée au dernier moment parce que tu es fatigué(e) ou que tu n'as pas envie d'y aller, tu culpabilises. Quand tu dis non à quelqu'un parce que tu ne le sens pas, tu culpabilises. Quand tu fais une erreur, même minuscule, tu culpabilises. Quand tu déçois quelqu'un, tu culpabilises. Quand tu ne fais même que réfléchir au fait de faire quelque chose qui décevra quelqu'un, tu culpabilises. Bref, tu passes ton temps à culpabiliser et cela te stresse et te bouffe la vie plus qu'autre chose. Comment arrêter ? Voici quelques conseils à enregistrer dans ta tête et à mettre en pratique le plus possible. 

Changer de perspective

La prochaine fois que tu te sentiras coupable pour quelque chose, essaie de voir les choses différemment en te demandant pourquoi est-ce que tu culpabilises exactement et surtout en te demandant si c'est vraiment logique ou si ce n'est pas juste le stress qui te pousse à être trop critique envers toi-même. N'hésite pas à demander l'avis de tes proches, qui seront plus objectifs. Réfléchis également à ce que tu aimerais faire différemment. Est-ce une attitude à changer, un mode de vie qui ne convient pas ? 

Essaie également d'être un peu plus positif(ve) sur tes prises de décision. Par exemple, au lieu de culpabiliser parce que tu es parti(e) tôt d'une soirée ou que tu n'y es carrément pas allé, dis-toi plutôt que tu avais besoin de te reposer pour être en forme le lendemain, ou encore que si tu y étais allé, tu n'aurais pas été de bonne compagnie et qu'il valait mieux éviter. 

Assumer

Si tu culpabilises, c'est parce que tu n'assumes pas tes décisions. Alors, pour arrêter de culpabiliser, il n'y a pas 36 solutions : il faut que tu apprennes à assumer tes responsabilités, tes choix, à embrasser tes erreurs quand tu en fais. C'est le meilleur moyen de ne plus t'en vouloir. Il faut que tu acceptes le fait que tu n'es pas parfait(e), que tu ne peux pas plaire à tout le monde, que tes actions ne peuvent pas plaire à tout le monde. Il faut que tu acceptes le fait que, parfois, tu as besoin d'être un peu égoïste et de faire passer ton bonheur avant les autres. 

Être compatissant envers soi-même

Lorsque l’on est compatissant envers soi-même, on accepte le fait d’être imparfait et que les échecs et difficultés sont inévitables. Cette acceptation amène une grande sérénité qui permet de ne pas souffrir de stress, de tristesse, de colère. La compassion envers soi-même est associée à beaucoup moins d'anxiété et de dépression, mais à plus de bonheur, d'optimisme et d'émotions positives.

L'idée, c'est d'apprendre à se pardonner. Si tu as blessé quelqu'un au passage, tu peux commencer par faire amende honorable en lui écrivant un message ou en lui présentant des excuses en face-à-face. Une fois cette étape franchie, il te sera plus facile de te pardonner à toi-même. L'erreur est humaine. Tu n'es pas le/la seul(e) à en faire. 

Se mettre à la place de quelqu'un d'autre

On n'est jamais vraiment objectif envers soi-même. Alors qu'envers nos amis, on l'est toujours plus. La solution est donc de se mettre dans la peau de l'un de ses amis. La prochaine fois que tu culpabilises pour quelque chose, essaie d'imaginer l'un de tes amis en train de faire face au même problème que toi et ce que tu lui dirais, lui conseillerais. C'est exactement la même chose qu'il faut te dire.

Apprendre de ses erreurs

Culpabiliser, cela arrive, c'est normal. Mais il ne surtout pas te morfondre, ruminer de façon non-productive ou même te punir de manière destructive. C'est plus une perte de temps qu'autre chose ! Ce qu'il faut, c'est analyser ses erreurs afin d'en apprendre et de ne pas les reproduire plus tard et y trouver ainsi une note positive. 

Psycho