Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Ma vie d'étudiant Etudes

Fac : 5 libertés à kiffer tant que vous pouvez

Publié par
Lauren Mezière
, le
Fac : 5 libertés à kiffer tant que vous pouvez

Vous êtes à la fac et le stress des cours, des devoirs et des examens gâche votre quotidien. Et pourtant, vous devriez apprécier cette période de votre vie où vous jouissez de beaucoup d'avantages qui ne vont pas durer...

Certes, la vie d'un étudiant n'est pas qu'un nuage de coton rose où tous les soucis glissent sur un toboggan en forme d'arc-en-ciel. Il n'empêche qu'à la fac, on bénéficie tout de même de certains privilèges extraordinaires, qui fondront comme neige au soleil à peine notre diplôme décroché. Les preuves ? On en voit - au moins - 5 à vous présenter.

1. Tous les avantages d'être un adulte sans (presque) aucun inconvénient

Comme un adulte, vous êtes libre de sortir toute la nuit si cela vous chante, de vous embarquer dans un city break improvisé le week-end venu, d'inviter qui vous voulez quand vous voulez... Et si vous avez la possibilité de suivre vos études sans mener de front un job alimentaire, vous avez de plus le luxe de soigner votre gueule de bois, bien à l'abri sous la couette. Pendant ce temps-là, les fêtards diplômés squattent la machine à expresso au bureau, en priant pour que cette journée ne soit pas aussi longue que ce qu'ils craignent. En réalité, elle le sera deux fois plus.

2. Le moment où l'on vous encourage à réaliser vos rêves...

Un voyage d'études en Asie, un engagement pour une ONG en Afrique ? Faites-le maintenant, après, il sera trop tard. Idem pour votre baptême de l'air, ou plus simplement, la tournée de tous les bars de la ville avec vos potes. Dans la plupart des cas, les ex-étudiants vous regarderont avec bienveillance et une pointe de nostalgie... Profitez bien de cette parenthèse enchantée : une fois votre diplôme en poche, ce seront les mêmes qui vous presseront de remettre à jour votre CV et votre profil LinkedIn.

3. Et où l'on se fiche que vous mangiez de la pizza tous les jours

À 20 ans, vous êtes encore enveloppé de l'aura de celui qui peut manger n'importe quoi sans jamais prendre un gramme. Une réputation parfois usurpée, mais qu'importe, vous êtes jeune, vos kilos en trop s'envoleront ! Au final, vous auriez tort de vous priver : d'ici quelques années, vous pourriez avoir l'envie de fonder une famille... Et c'est alors que vous découvrirez les bienfaits des fruits et des légumes sous toutes leurs formes, puisque, vous le savez bien, un enfant NE PEUT PAS manger de la pizza tous les jours. Il devra attendre la fac, pour ça.

4. Vous avez le droit (et même le devoir) de vous révolter

Qu'on se le dise, l'étudiant est un auxiliaire précieux pour les adultes actifs, coincés par leur boulot et leurs obligations en tout genre qui les empêchent si souvent de revendiquer pour leur paroisse. Le jeune, plus que quiconque, fait peur au gouvernement. Le jeune possède, plus que quiconque, le temps et l'énergie nécessaires à l'organisation de manifs qui crashent, de sittings qui durent, de Nuits Debout perpétuelles. Il faut dire que la plupart d'entre vous n'avaient même pas 18 ans au moment des élections présidentielles : on comprend que vous ayez suffisamment la hargne pour vous indigner contre un pouvoir que vous n'avez même pas choisi.

5. Vous avez (encore) le droit de changer d'avis

De vous réorienter, d'interrompre, de reprendre, bref, d'adapter votre formation à votre évolution. Non pas que la chose soit impossible une fois que l'on entre dans le marché du travail : elle est même de plus en plus fréquente. Mais il faut tout de même reconnaître que la crainte du chômage rend les "grandes personnes" beaucoup plus frileuses. Le droit d'hésiter, et même de se tromper, pourrait bien être l'un des derniers luxes de la vie moderne. Et c'est vous qui en avez hérité, là, maintenant.

Etudes