Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Lifestyle Food

Troubles alimentaires : l’avis d’un spécialiste de l’anorexie

Publié par
Patricia Labiano
, le
No thumbnail

Alain Meunier, psychiatre et psychanalyste, est spécialiste de l’anorexie. Il a écrit sur le sujet avec Clothilde Van Lerberghe Anorexie, ados au régime, ados en danger, aux éditions Platypus Press.

Quelles sont les causes de l’anorexie ?

« Il est difficile de définir les causes exactes de l’anorexie. Elle peut faire écho à un traumatisme subi dans l’enfance qui ressort à l’adolescence lorsque le corps se métamorphose, où l’on devient adulte et où l’on est confrontée à son propre désir : par exemple, si la jeune fille réalise qu’elle a subi des attouchements d’une personne de son entourage lorsqu’elle était enfant. L’anorexie survient quand l’adolescence s’arrête. Prenons un exemple : une jeune fille ayant de "bons" parents, un excellent milieu social qui se met à se comporter comme sa mère, à tout prendre en charge car celle-ci est absente pour des raisons professionnelles… À travers l’anorexie, la jeune fille maîtrise à la fois sa souffrance et son alimentation. »

L’anorexie peut-elle se manifester sous plusieurs formes ?

« En général, les jeunes filles, lorsqu’elles sont plus âgées (après 20 ans), sont plutôt des boulimiques qui se font vomir. Après s’être privées de manger, elles se sont remises à s’alimenter. Dès qu’elles prennent 100 g, elles ne le supportent pas et se font vomir, prennent des laxatifs, sont hyperactives… *Anorexique ou boulimique, c’est bien la même maladie. *»

Existe-t-il des degrés de gravité ?

« Il n’y a pas de degrés de gravité, la jeune fille est malade ou pas. Bien sûr, dans la prise en charge médicale, il y a une gradation. Si la jeune fille pèse 25 kg, elle est hospitalisée. Mais quand elle sort, elle est toujours anorexique. »

Comment faire en sorte qu’il y ait une prise de conscience du problème ?

« Il faut parvenir à les faire sortir du déni. Elles doivent parler à des personnes ayant un problème identique, voir un psychosomaticien, en tout cas quelqu’un qui soigne le corps car elles ont une vision "hallucinée" de celui-ci, un spécialiste de l’anorexie. Enfin, si elles sont suivies par une nutritionniste, à ce moment-là elles seront sorties d’affaire. »

*A consulter aussi :*

- Petit coup de blues ou vraie déprime ? - L'insomnie, la hantise de mes nuits - Accro à la cigarette, j'arrête - DOSSIER : « Drogues : ne pas se laisser piéger » - Accro à l'amour ou au Net, ça se soigne ! - Peut-on prévenir les tentatives de suicide ? - Rapports non protégés : quelles conséquences ? - Comment se remettre d'une rupture amoureuse ? - Je suis jalouse, mais je me soigne - Je m'accepte comme je suis ! - DOSSIER : « Comment choisir son psy ? » - DOSSIER : « Mal-être : les clés pour remonter la pente » - DOSSIER : « Quelle alimentation pour retrouver la forme ? » - DOSSIER : « Gyms douces : laquelle choisir ? » - Quatre méthodes pour retrouver sa concentration - Petits maux : je me soigne avec des plantes

Food