Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Ma vie d'étudiant Etudes

Quitter Paris pour ses études : Horèse, de Sevran à Rouen et son école de commerce

Publié par
Wendy Bracat
, le
No thumbnail

“Ici, l’alimentation est plus chère qu’à Paris.”

*

*

Horèse est une francilienne pur jus. Originaire de Sevran en Seine-Saint-Denis, Horèse, 20 ans, a obtenu son bac ES en 2009, avant de passer deux ans en prépa économique au lycée Claude-Monet (dans le XIII e arrondissement de Paris). Admise à la Rouen Business School, ça fait maintenant deux ans qu’elle habite en Normandie.

À une heure quinze de Paris

“L’école est très cotée, s’enthousiasme la jeune fille, et elle est proche de Paris. Je reviens toutes les deux semaines. C’est seulement à une heure quinze en train.” Point positif, Horèse n’a pas eu à galérer pour trouver son logement. “Ça a été facile. Il y a pas mal de choix pour beaucoup moins cher que la région parisienne.” Elle habite à une dizaine de minutes de son école, dans un 30 m² du centre-ville de Rouen, loué 450 € par mois.

Le logement n’est pas le seul attrait de cette ville de Haute-Normandie : le mode de vie plus calme a achevé de séduire la jeune fille, qui s’y sent moins stressée qu’à Paris. “Les gens sont plus posés et détendus.”

Une ville pittoresque

Coté sorties, Horèse est servie. “Rouen est une ville pittoresque avec des vieilles maisons. Elle a un petit côté moyenâgeux. J’y sors plus souvent ici qu’à Paris ”, avoue-t-elle. Grâce à son école, elle a la possibilité d’assister à toutes sortes d’événements : concerts, soirées bar, ou encore le petit-déjeuner des associations. S’il y a bien une chose qui lui manque, ce sont les sorties culturelles. “À Rouen, il y a juste un musée des Beaux-arts et une salle de concerts”, regrette-t-elle.

Autre bémol pour la jeune fille, le coût de la nourriture. “Ici, l’alimentation est plus chère qu’à Paris”, constate Horèse. Heureusement, l’étudiante a une astuce. “ Je fais des économies sur le transport. Ce n’est que 200 € l’année, pour Rouen et sa banlieue.”

Après deux ans sur place, Horèse considère s’être bien adaptée à la vie en province. D’ailleurs, elle n’exclut pas d’y travailler un jour. “Paris n’est pas le centre du monde. Il y a des choses à voir ailleurs.”

Ses conseils

• Participer à toutes sortes d’activités proposées par l’école, la fac ou la ville. Cela permet de sortir de chez soi et de rencontrer plein de gens nouveaux.

• Oublier ses préjugés et garder l’esprit ouvert.

• L’alimentation est plus chère à Rouen qu’à Paris. Pour faire des économies, allez au resto U.

À lire aussi dans ce dossier

Marien : de Palaiseau vers une école d'ingénieurs à BordeauxAlexandre : de Paris à l'IUT de LannionThibault : a dû s'en aller de Paris pour étudier à RennesAnnah : d'une première à Vanves à une terminale au Mans

Enregistrer

Crédits : meltygroup

Etudes