Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Pop culture Manga, BD, Livres

Quand la BD vous fait (re)découvrir l’Histoire #1

Publié par
Lily Joseph
, le
Quand la BD vous fait (re)découvrir l’Histoire #1

Qu 'elle se deroule au debut du XXe siecle ou au debut du XXIe, la guerre est toujours une "putain de guerre". Et elle ne laisse jamais indemnes ceux qui la menent et les proches aupres desquels ils reviennent. Cette semaine, nous vous invitons a decouvrir le parcours assez dingue d'un deserteur de la Premiere Guerre mondiale devenu travesti et d'explorer les traumatismes des veterans de la guerre en Irak. Aucun doute : Histoire et BD font bon menage !

"Mauvais Genre", de Chloé Cruchaudet (Delcourt)

_ _

"Mauvais Genre" : surtout pas Poilu !

C'est un – sacré – fait divers ayant marqué les Années folles qui a inspiré Chloé Cruchaud et son magnifique "Mauvais Genre". Pour réaliser cette bande dessinée, la dessinatrice s'est inspirée du travail de deux historiens – Fabrice Virgili et Danièle Voldman – qui, à l'aide d'archives, ont retracé dans leur essai "La Garçonne et l'assassin" (éd. Payot) le destin d'un couple... hors normes.

Paul Grappe est un déserteur de la guerre 14-18. Envoyé au front, il préfère s'automutiler plutôt que de continuer à vivre et à voir des horreurs. Après des mois d'hôpital, quand son colonel lui annonce qu'il le renvoie au front, en première ligne, Paul choisit de fuir. Pour échapper à la justice, et comme il ne supporte rapidement plus de rester enfermé, il décide de se travestir. Avec l'aide de sa femme Louise, Paul devient Suzanne, couturière et rapidement habitué(e) du bois de Boulogne, déjà lieu d'épanouissement d'un certain nombre de pratiques sexuelles. Et puis arrive le jour tant attendu. Des années après la fin de la guerre, les déserteurs sont amnistiés. Paul peut retrouver son identité. Mais quelle identité ? Troubles de la guerre, troubles des genres... Très bien écrite et subtilement dessinée, "Mauvais Genre" se révèle un bijou de bande dessinée.

_(Cliquer sur les images pour les agrandir)

_

D'une guerre à l'autre : "Revenants" et "Uriel, Samuel, Andrew" propulsent le lecteur aux côtés de jeunes vétérans d'Irak. De traumatismes il est là plus directement, plus frontalement, question. En guise de préambule, quelques chiffres : 70.000 des vétérans de l'après 11-Septembre sont atteints de graves troubles psychologiques ; 22 mettent fin à leur vie chaque jour. Dans "Revenants", Maël réussit une chose assez incroyable : capter l'indicible, donner à voir le ressenti. Cette BD documentaire raconte l'histoire du film d'Olivier Morel, "l'Âme en sang". Elle montre le réalisateur à l'œuvre, les vétérans et les proches qui se confient, les liens qui se tissent... Mais "Revenants" offre beaucoup plus que cela. Maël met scène avec beaucoup de subtilité et de force les traumatismes de la guerre, des visions, des projections psychotiques, une impression de tomber dans le vide... Un album chargé d'émotions. Fort. Très fort.

**< < "Revenants", de Maël et Olivier Morel (Futuropolis)

pmedia 1971

Manga, BD, Livres