Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Psycho

Psycho : 5 choses que le confinement nous aura appris

Publié par
l'Etudiant
, le
Psycho : 5 choses que le confinement nous aura appris

Le confinement n'a pas été que négatif. Il nous a permis d'apprendre beaucoup de choses sur nous-même. Et voici quelques exemples.

Deux mois. C'est le temps qu'aura duré le confinement. Deux mois à devoir rester chez soi un maximum. Deux mois sans restaurants, bars, parcs, plages, magasins. Deux mois sans voir les amis et la famille. Deux mois à travailler dans son appartement ou sa maison ou à être au chômage pour certains. Deux mois à trouver des activités pour s'occuper et ne pas péter un câble. Deux mois compliqués, mais qui nous ont permis de développer des qualités, des compétences et de se découvrir. De la slow life à l'auto-discipline, voici 5 choses positives que le confinement nous a apportées.

L'art de la slow life

Plus de restaurants et de bars ouverts, ni de parcs, de musées, de magasins. Plus de possibilités de sortir avec les copains. Ça laisse du temps pour soi. Du temps pour vivre tranquillement, se reposer, se relaxer. Du temps pour lire, pour cuisiner, écouter de la musique, méditer. Du temps pour glander. Et on ne va pas se mentir, ça fait du bien, de ralentir un peu le rythme. Il paraîtrait même que cela répare notre cerveau, booste notre créativité et notre productivité.

La générosité et la solidarité

Dès le début de l'épidémie, le monde s'est placé sous le signe de la générosité et de la solidarité. Ça a commencé par les applaudissements aux fenêtres à 20h, par des aides aux personnes à risque, en faisant leurs courses à leur place. Des tas d'entreprises se sont reconverties pour confectionner des masques. Des sommes ont été récoltées pour aider les hôpitaux, les commerçants, la culture, les SDF. Malgré ce climat stressant, cette période n'était que bienveillance.

L'adaptation

Le confinement a demandé beaucoup d'adaptation. Il a fallu s'adapter aux mesures prises par le gouvernement. Il a fallu revoir sa façon de faire les courses. Certains restaurants ont dû s'adapter en proposant la vente à emporter, des marchés ont mis en place des drives, des professeurs ont dû faire la classe virtuellement, des entreprises ont dû faire leur réunion sur Zoom et les salariés se mettre au télétravail. Le confinement a demandé une réorganisation de notre vie complète, mais on s'en est pas trop mal sortis, non ?

L'importance des liens sociaux

C'est fou comme on a beaucoup plus envie de parler et de voir les gens quand on n'en a pas l'autorisation. Et puis, on a aussi plus de temps à leur consacrer. On en a profité pour appeler nos parents plus régulièrement, nos grands-parents, nos amis. On a mis en place des apéros visio pour continuer à faire des apéros. Et puis ça nous a aussi permis de faire le tri dans nos amis. Ceux qui nous manquent vraiment et qui prennent de nos nouvelles régulièrement, et ceux dont on a très bien pu se passer pendant ces deux mois et qui n'ont rien à faire de nous.

L'auto-discipline

Travailler chez soi, ce n'est pas toujours facile. Les distractions sont nombreuses, sans parler du fait qu'on ait personne (ou presque) pour vérifier ce qu'on fait. On l'avoue, il y a des jours, on a probablement glandé plus que d'autres, mais dans l'ensemble, on a quand même réussi à s'auto-discipliner. À trouver le courage et la motivation de se mettre à bosser à fond. À se créer une routine et à la respecter. Et ça, c'est une excellente qualité.

Psycho