Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Psycho

Peut-on prévenir les tentatives de suicide ?

Publié par
Patricia Labiano
, le
Peut-on prévenir les tentatives de suicide ?

La vie, parfois, ne fait pas de cadeaux. Il arrive que des personnes soient si d esesperees a un moment donne qu'elles atteignent gravement a leur integrite physique en faisant une tentative de suicide. Avant d'en arriver la, certains signes peuvent quelquefois alerter leur entourage.

Avec plus de 10 000 décès par an, le suicide est plus meurtrier que les accidents de la route. Sans oublier les 160 000 tentatives qui sont autant d’appels au secours.

La deuxième cause de décès chez les 15-24 ans

Le suicide est la deuxième cause de décès chez les moins de 24 ans après les accidents de la route, et le nombre de tentatives chez les jeunes est plus important que par le passé. Chez les 15-24 ans, les tentatives de suicide (TS) sont en hausse : environ 50 000 déclarées par an. Et les récidives fréquentes : 20 à 50 % des candidats au suicide ont récidivé une ou plusieurs fois.

Chez les jeunes, le désir de mort est rarement présent. La tentative de suicide vise en général à faire disparaître la souffrance.

Le facteur déclenchant est souvent un événement qui fragilise, rend incapable d’accepter un échec, de trouver une réponse à sa souffrance. Dénoncé trop souvent comme la cause de la TS, cet événement déclenchant n’est pourtant que la partie émergée de l’iceberg.

Les signes précurseurs

Certains signes annonciateurs trompent rarement, mais on ne les pointe pas toujours à temps.

Pourtant, il faut surveiller de près une consommation plus fréquente et plus excessive d’alcool, de tabac ou la prise fréquente de drogues.

Dans un tout autre registre, il s’agit d’être vigilant lorsque, pour les plus jeunes, il y a des redoublements multiples, un absentéisme important ou des retards en cours répétés. Il faut aussi s’étonner de comportements violents ou de voir la personne disparaître pendant plusieurs jours…

Dépression et TS

On doit aussi s’inquiéter d’une fatigue intense, de troubles du sommeil, de divers maux (maux de tête, douleurs abdominales…). Mais surtout d’une dépression qui accompagne la TS dans 30 % des cas, de troubles importants de l’anxiété (lire aussi notre article : « Petit coup de blues ou vraie déprime ? »).

C’est la somme de plusieurs facteurs qui doit inquiéter. Chacun de ces facteurs pris séparément ne conduit pas forcément à une TS. Dans 70 % des cas, l’événement déclencheur est lié à des problèmes familiaux, des soucis scolaires, une rupture sentimentale. Et que chez les jeunes, la TS est impulsive, et souvent non préparée. Enfin, il y a récidive dans 30 % à 40 % des cas, surtout durant l’année qui suit.

Si vous pensez au suicide ou que quelqu’un dans votre entourage vous semble très déprimé, vous pouvez contacter des associations de prévention et d’écoute comme SOS Suicide Phénix.

Les facteurs de risque

Il y a des jeunes plus fragiles que d’autres et, souvent, on trouve l’origine de cette fragilité dans les problèmes familiaux. En cas de séparation des parents, de décès de l’un d’entre eux, de maladie (alcool, dépression, suicide ou TS…), les risques sont multipliés.

Et bien sûr, parmi les facteurs de risque, il y a les alcoolisations aiguës et répétées, la consommation massive de drogues, la pratique d’une sexualité à haut risque (partenaires multiples, pas de protection…). Il faut aussi s’alarmer d’un désinvestissement social et de troubles sévères du comportement alimentaire.

Après la tentative de suicide

L’hospitalisation, recommandée après une TS, permet de faire le point, de voir un psychiatre ou un psychologue. Il est vraiment conseillé de s’engager dans un suivi psychologique en sortant de l’hôpital de façon à identifier les causes du mal-être et retrouver l’appétit de vivre.

À long terme, si un travail en profondeur n’est pas entrepris, le risque est de s’installer dans des difficultés relationnelles, sociales, voire une instabilité professionnelle, ou dans des conduites à risques.

*A consulter aussi :*

- Petit coup de blues ou vraie déprime ? - L'insomnie, la hantise de mes nuits - DOSSIER : « Troubles alimentaires : attention, danger ! » - Accro à la cigarette, j'arrête - DOSSIER : « Drogues : ne pas se laisser piéger » - Accro à l'amour ou au Net, ça se soigne ! - Rapports non protégés : quelles conséquences ? - Comment se remettre d'une rupture amoureuse ? - Je suis jalouse, mais je me soigne - Je m'accepte comme je suis ! - DOSSIER : « Comment choisir son psy ? » - DOSSIER : « Mal-être : les clés pour remonter la pente » - DOSSIER : « Quelle alimentation pour retrouver la forme ? » - DOSSIER : « Gyms douces : laquelle choisir ? » - Quatre méthodes pour retrouver sa concentration - Petits maux : je me soigne avec des plantes

Psycho