Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Psycho

“Pardon”, “désolé”… arrêtez de vous excuser d’exister!

Publié par
Lauren Mezière
, le
“Pardon”, “désolé”… arrêtez de vous excuser d’exister!

Certes, que ce soit aupres des profs ou dans le monde professionnel, l'humilite est plutot une qualite. Mais attention, poussee au maximum, cela peut virer a l'autoflagellation et finir par vous desservir. Alors voici 5 bonnes raisons d'arreter de culpabiliser.

D'après une étude publiée par la revue "Psychological Science" en novembre 2010, les femmes auraient tendance à s'excuser beaucoup plus que les hommes, y compris chez les plus jeunes. Et parfois, s'excuser pour tout et n'importe quoi, ça peut être fatigant. Vous croyez que votre merveilleuse humilité fait partie de vos points forts ? On vous donne 5 raisons de montrer un peu plus les dents et de ravaler votre culpabilité. Quitte à ce que ça fasse un peu mal à ceux qui y trouvaient si bien leur compte.

#1. À force, on va vraiment finir par croire que tout est de votre faute

Répétez suffisamment souvent, et avec assez de conviction, la même chose aux mêmes personnes, et vous risquez bien de réussir à les convaincre. Dans le cas qui nous occupe, ceux qui vous entourent vont réellement finir par croire, dans une espèce de réflexe pavlovien, que vous êtes vraiment fautif pour tout ce qui se passe de travers dans leurs études, leur job, leur famille, leur couple, même si vous n'y êtes mêlée que de très loin. Alors, stop !

#2. En arrêtant de vous excuser, vous aidez les autres à devenir responsables

Le péché féminin, symbolisé par le mythe d'Adam et Eve, est profondément inscrit dans notre histoire, notre culture, et peut-être même nos gènes. Et reconnaissez que c'est pratique. Quand on a toujours sous la main une bonne poire prête à prendre sur les épaules toutes les fautes du monde, on n'a plus besoin de s'interroger sur ses propres responsabilités. Rendez service à vos proches, vos camarades de fac ou vos collègues de boulot, et mettez-les face à leurs torts, pour une fois.

#3. Les excuses répétées sont mauvaises pour votre avenir

Non seulement vous encouragez les autres à vous juger plus sévèrement, mais vous excuser sans cesse est vraiment nocif pour votre confiance en vous. Résultat ? Vous allez prendre de moins en moins d'initiatives, n'oserez plus faire des choix audacieux ou tout simplement bénéfiques pour vous, et vous préférerez vous conformer éternellement à ce que les autres attendent de vous. Est-ce vraiment ça que vous voulez ?

#4. Essayez juste de dire "Je n'y suis pour rien", pour voir

Ça fait du bien, non ? Vous ne vous sentez pas libérée d'un tout petit poids, au niveau de l'estomac ? En plus, vous avez raison : si votre pote s'est payé une taule à son dernier partiel, vous n'y êtes vraiment pour rien, même si vous l'avez aidé à réviser. Il y a bien d'autres façons de consoler votre ami, qui ne passent pas forcément par le sacrifice de votre amour-propre. Invitez-le à boire un verre, il vous en sera beaucoup plus reconnaissant !

#5. À force, vos vraies excuses vont perdre toute leur valeur

Le jour où vous devrez faire de vraies excuses sincères à l'un de vos proches (oui, ça arrivera encore, personne n'est parfait !), celles-ci risquent de paraître un tout petit peu fades. Évidemment, comme vous vous êtes déjà excusée 26 fois ces deux dernières heures, votre Jules aura tendance à se demander si vous ne lui demandez pas pardon par réflexe. Bref, c'est un peu comme les déclarations d'amour : à utiliser avec modération pour qu'elles gardent toute leur saveur !

Psycho