Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Santé

Les lycéens prennent moins de cuites qu’avant... selon une étude

Publié par
Paul Conge
, le
Les lycéens prennent moins de cuites qu’avant... selon une étude

D’après une enquête parue cette semaine, la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis décline chez les lycéens. Compte-rendu en détails, pour voir où vous vous situez.

Les lycéens d'aujourd'hui boivent moins que leurs aînés. On a des preuves. Comme cette étude de l'Espad (European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs), conduite entre avril et juin 2015, qui examiné les pratiques psychotropes de quelque 6642 lycéens français, mais aussi d'adolescents de 15 et 16 dans les autres pays européens. Les chiffres, rendus publics le 20 septembre par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, sont catégoriques : les jeunes ados sont moins portés sur l'alcool et la fumette que la génération précédente.

* *

Les lycéens boivent moins d'alcool

84% des adolescents de 16 ans disent ainsi avoir consommé de l'alcool au moins une fois dans leur vie. Mais à quel rythme boivent ces lycéens ? Pour le savoir, quoi de mieux que de regarder ce qu'ils ont consommé le mois précédent. En 2015, ceux qui ont bu de l'alcool au cours des 30 jours précédents (53% des interrogés) sont moins nombreux qu'en 2011 (67%). Une chute de 14 points.

Impressionnant ? Si on compare ces usages récents avec ceux des lycéens en Europe du Nord, les Français sont battus à plate couture : en Norvège, Suède et Finlande, tous sont sous la barre des 39%.

Ces lycéens, que boivent-ils ? Quand ils sont interrogés sur le dernier verre d'alcool qu'ils se sont enquillé, ils citent d'abord les spiritueux (alcools forts, 48%) avant la bière (44%) et le vin (8%).

L'évolution de la consommation d'alcool chez les ados // © Capture d'écran/ESPAD 2015

Les cuites en baisse

Comme les courbes du CAC 40, les nombres des cuites (grosse consommation d'alcool sur une soirée) et de binge drinking (boire beaucoup et très vite) baissent drastiquement. Après des chiffres stables en 2007 et en 2011, les "alcoolisations ponctuelles importantes" ont diminué de 12 points en 2015. 31% des adolescents de 16 ans déclarent en avoir vécu une dans les 30 derniers jours. Filles et garçons confondus, ils étaient 38% en 1999, 28% en 2003.

A l'exception des pays nordiques, l'essentiel de nos voisins européens fait pire que nous. En République tchèque, près de la moitié des lycéens disent avoir connu une cuite le mois dernier (48% ou plus). La ramasse.

Les lycéens pro plus fumeurs que les autres

Côté cigarette, les voyants sont repassés au vert. Les élèves de seconde ne sont plus que 57% en 2015 à avoir déjà fumé une cigarette, première cause de mortalité évitable en France, contre 66% en 2011. Un lycéen sur trois (31%) fumait tous les jours en 2011. Maintenant, c'est plutôt un sur quatre (23%). La cigarette électronique n'y est pas pour rien. Depuis une dizaine d'années, l'Etat multiplie les campagnes de communication pour informer sur la nocivité des clopes, et faire baisser la consommation.

Dans le reste de l'Europe, "les plus fumeurs sont italiens, bulgares ou croates, avec respectivement 37 %, 33 % et 33 % d'usagers récents" , écrit l'étude.

Petite particularité de cette étude, les élèves en lycée professionnel fument plus que les autres. En effet, selon "Le Monde", les terminales pro sont presque deux fois plus nombreux (9,1%) à fumer au moins 10 clopes par jour que leurs congénères dans les filières générales et technologiques.

Les ados fument (un peu) moins // © ESPAD/Capture d'écran

L'usage du cannabis baisse nettement

"En 2015, près d’un élève sur trois (32 %) âgé de 16 ans déclare avoir déjà fumé du cannabis au moins une fois au cours de sa vie, les filles l’ayant fait moins souvent que les garçons", explique l'étude. L’usage du cannabis a baissé par rapport à 2011 mais reste stable par rapport à 2007 : 17 % des lycéens déclarent en avoir fumé au moins une fois dans les 30 derniers jours, contre 24 en 2011. A noter que la moyenne européenne est de 7%.

Résultats : peut mieux faire... // © ESPAD/Capture d'écran

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Santé