Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Ma vie d'étudiant Mon appart

Le vrai bon moment pour vivre ensemble, c'est...

Publié par
l'Etudiant
, le
No thumbnail

Il n’y a pas de bonne durée, mais il y a un bon moment. Il n’y pas de coefficient multiplicateur magique pour trouver le nombre de mois ou d’années idéal avant de s’installer, mais il y a un moment idéal pour prendre la décision, un moment où vous lui donnerez toutes les chances d’aboutir dans les meilleures conditions. * *

Ce moment, c’est celui où se croisent les circonstances matérielles et le sentiment d’être prêts tous les deux !

Quand les conditions s’y prêtent

Que voulez-vous, les circonstances de la vie étudiante s’invitent dans notre love story et nous obligent à avoir les pieds sur terre et la tête sur les épaules, malgré les papillons dans le ventre qui ne nous appellent qu’à nous laisser porter !

Évitez le scénario catastrophe

Imaginez plutôt : vous décrochez tous les deux le ticket d’entrée pour une école à Grenoble. Ni une ni deux, vous décidez de prendre un appart. Arrive la période de recherche de stage, et vous réalisez que celui de vos rêves se trouve à Paris, et que vous pourriez être amenée à quitter la région Rhône-Alpes pour trois mois.

Il y en a qui vont être contents : j’ai nommé vos parents, qui pourraient avoir à payer deux loyers pour vous, ou votre chéri, qui se retrouverait avec votre place à charge si vos parents estiment qu’ils n’ont pas à payer un logement que vous n’habitez pas…

Soyez réaliste

Dans un autre registre, vous l’aurez compris, vous aurez beau vous aimer trèèès fort, avoir trèèès envie de vous installer ensemble, et d’ailleurs y être trèèès prêts, prendre un appartement à Aurillac parce que c’est équidistant de sa fac à Toulouse et de la vôtre à Lyon, c’est mignon, mais ce n’est pas jouable.

Anticipez

Bien sûr, on ne sait jamais vraiment de quoi la vie sera faite, et *si vous attendez d’être sûrs à 200 % de vos vies dans les trois années à venir, il y a des chances pour que vous y soyez encore dans trente ans. *

Le tout est de bien envisager les différentes voies que pourraient prendre vos vies dans les mois et les années à venir, pour vous mettre à l’abri de mauvaises surprises sans vous fermer de portes pour des raisons matérielles.

Choisissez les meilleures circonstances

C’est celui où vos projets vous paraissent plus ou moins calés et vos situations plutôt stables, et où un changement radical n’est pas au programme des prochains mois. L’idée n’est pas de vous dire que seules ces raisons doivent guider votre décision, mais simplement que ces circonstances font partie du « bon moment », propice à une expérience heureuse et sans encombre.

Vous aurez assez de choses à gérer une fois installés, autant vous assurer qu’à ce niveau, tout est ok ! Alors, vos emplois du temps sont-ils compatibles ?

Quand c’est nous qui sommes prêts

Venons-en au fait. Dans quelques instants, vous connaîtrez la formule secrète du VBM. Le VB quoi ? Le Vrai Bon Moment.

L’équation parfaite

L’équation est simple : des conditions matérielles favorables + la conviction d’être prêts (lire l’article : « J’étudie, tu travailles, on s’aime quand même »)

Car l’un ne va pas sans l’autre : on ne s’installe pas à deux uniquement parce que l’on en a profondément envie, quitte à mettre quatre heures aller et quatre heures retour tous les jours pour rentrer dans notre « chez nous ». Mais on ne s’installe pas non plus ensemble si on ne se supporte pas au quotidien, mais que quand même ça serait super-pratique.

Le Vrai Bon Moment

La VBR (Vraie Bonne Raison) de s’installer ensemble est l’envie d’avoir un quotidien commun (lire notre dossier « Couple : pourquoi emménager ensemble ? »). Mais le VBM (Vrai Bon Moment) est le fait d’y être prêts. Et la nuance est de taille.

Pour prendre un exemple parlant, on ne décide pas toujours de se marier ou d’avoir des enfants quand on se rend compte que l’on veut faire sa vie avec l’autre. Si c’était le cas, tous les couples amoureux seraient sans doute à la tête d’une petite famille ! On peut avoir l’envie d’un engagement, mais ne pas être encore prêts à le concrétiser. On peut avoir envie d’un quotidien ensemble, mais estimer que le moment n’est pas encore venu. Et un tel constat n’est pas une preuve de manque d’amour, loin de là !

Tâtez le terrain

Si vous êtes encore un peu dans l’hésitation, pas de panique, ces questions ne sonnent pas la fin de votre histoire et il n’y a pas forcément « anguille sous roche » ! Rien de plus normal que d’avoir des interrogations à la veille d’une telle étape.

Pour l’envisager sereinement et vous faire une idée plus précise de ce qui vous attend, n’hésitez pas à mettre un pied seulement dedans et à garder le second pour plus tard.

Tentez les situations intermédiaires

Si vous vivez dans la même ville que votre amoureux, vous pouvez opter temporairement pour la solution « une fois chez toi, une fois chez moi ».

Vivez chez l’autre en alternance

Bien sûr, ce mode de vie est assez éloigné de la vie à deux « pour de vrai » : on se fait toute petite, on range soigneusement notre petit baluchon entre son placard et sa porte, et on ne râle même pas quand le tube de dentifrice reste ouvert. Ni même quand c’est soirée foot trois fois de suite. Normal en même temps, on n’est pas chez nous, et on se voit mal imposer notre rythme.

C’est une espèce de « nous en mieux » auquel il a droit dans ces cas-là, et la règle est la même dans l’autre sens ! Le fait d’être chez l’autre nous oblige à arrondir les angles et n’est donc pas représentatif de l’emménagement à deux, mais permet de se faire une idée de la vie avec l’autre.

Passez des vacances ensemble

Vous aurez beau passer beaucoup de temps avec votre chéri, les couples ayant fait l’expérience vous le diront : on ne connaît jamais aussi bien l’autre qu’après quelques jours passés ensemble, dodos et réveils compris.

Certes, dans votre future vie il y aura moins de palmiers (à moins de partir faire vos études à Nice), plus de contraintes horaires (à moins d’opter pour l’option « grosse flemme » qu’on ne peut que vous déconseiller), bref, le cadre sera moins idyllique et la vie à deux aussi.

Malgré tout, des vacances passées ensemble sans encombre ou presque permettent de réaliser que la vie à deux est loin d’être mission impossible, et que vos modes de vie ont plutôt l’air compatibles.

À partir de là, vous pourrez prendre votre décision… Le mini-test qui suit pourra aussi vous y aidez. Alors, cartons ou pas cartons ?

Vie à deux : votre couple est-il prêt à sauter le pas ?

On ne décide pas de s’installer avec son homme comme on décide de s’installer avec son chat. La décision se mûrit et ne s’improvise pas. Est-ce que c’est vraiment le Vrai Bon Moment pour vous ? Comptabilisez les affirmations qui vous concernent.

a) Vous n’avez jamais rompu, ou la dernière « pause » remonte à la Saint-Glinglin.

b) Vous êtes tous les deux certains d’avoir au moins un an devant vous avant de changer de ville pour vos études.

c) Si vous avez besoin d’un stage au cours de l’année, vous n’aurez pas de difficultés à le dégoter là où vous vivrez.

d) Voilà un moment que vous parlez ensemble de ce projet.

e) Vous avez déjà eu l’occasion de vivre un peu ensemble, et l’expérience a été concluante.

Et maintenant, le verdict :

4 ou 5 des affirmations vous concernent : les conditions se prêtent parfaitement à votre projet, alors si on peut mêler l’utile à l’agréable…

3 affirmations vous concernent : les conditions sont plutôt favorables, mais il reste des points sur lesquels une interrogation persiste, qui pourrait révéler des difficultés. N’hésitez pas à mûrir votre projet avant de vous lancer !

Moins de 3 affirmations vous concernent : les circonstances pourraient mettre des bâtons dans les roues de votre envie d’emménager ensemble. Prenez le temps de faire le point sur la réalité de vos situations, pour ne pas vous embarquer dans un projet qui se révélerait compliqué à gérer. Il n’y a pas le feu au lac, continuez à en discuter ensemble !

Mon appart