Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Ma vie d'étudiant Etudes

L’entrée au lycée : de nouvelles libertés

Publié par
Virginie Plaut
, le
L’entrée au lycée : de nouvelles libertés

Cette ann ee, la rentree s'annonce un peu particuliere. Vous voici dans la cour des grands, celle des lyceens. Pas de panique, l'organisation est la meme d'une maniere generale… avec quelques adaptations : de nouvelles libertes, et donc de nouvelles responsabilites.

Le temps passé au lycée

Si l'on s'en tient au nombre d'heures de cours, pas de réel changement entre les 25 à 28 heures du collège et les 26h30 prévues en seconde. Ce qui va évoluer en revanche, c'est votre vie entre les cours. Alors qu'au collège, vous deviez obligatoirement passer par la case "salle de permanence" en cas de pause, au lycée, dans la majorité des établissements, vous pourrez faire votre propre choix : aller à l'étude, au CDI, en laboratoire de langues... ou faire un tour en ville avec vos copains.

Trouver un équilibre entre les moments de liberté entre copains et le travail en salle de permanence est la clé d'une année scolaire réussie. // ©Fotolia

"C'est l'un des pièges du lycée" , reconnaît Camille, qui entre en terminale L cette année. "On a une impression de liberté, on va boire des verres au café comme les grands... Dès que j'avais une ou deux heures de trou, je filais en ville faire les magasins. Sauf que je ne me rendais pas compte à quel point je m'avançais dans mon travail pendant les heures de perm' quand j'étais au collège. Résultat, je devais travailler bien plus tard le soir pour récupérer les heures passées à me la couler douce entre 2 cours."

A vous d'être conscient que les moments passés en terrasse plutôt que devant vos classeurs devront se rattraper un jour ou l'autre.

La cantine

Voici une autre bonne nouvelle a priori : vos repas à la cantine devraient se trouver relativement améliorés. Attention, ne vous attendez pas à avoir droit à un hamburger frites tous les jours, mais vous devriez avoir un choix bien plus grand. Pour Lila, en 1ère L, et très difficile avec la nourriture, le lycée a changé ses fins d'après midi. "Je mange très peu de viande, un nombre limité de légumes, pas de fromage et j'évite les pâtisseries", reconnaît-elle. "Quand j'étais au collège, il n'y avait aucun choix, que des plats uniques. Quand je n'aimais pas, ce qui arrivait très régulièrement, je ne mangeais pas. Résultat, je mourais de faim à partir de 15-16h. Imaginez quand j'avais cours jusqu'à 18h... Aujourd'hui au lycée, ce n'est pas de la grande cuisine mais au moins j'ai toujours 3 choix possibles et toujours, au pire, la possibilité d'un jambon riz pour me caler. Et je suis beaucoup plus efficace en fin d'après midi".

La tenue vestimentaire

Là encore, votre arrivée au lycée devrait vous permettre de connaître une plus grande liberté. Maquillage, chaussures, longueur des jupes, jean baggy... a priori, les limites devraient être bien moins strictes que dans votre ancien établissement.

Mathéo en a profité dès son entrée en seconde l'an dernier, pour pouvoir "enfin" revêtir ses jeans fétiches élimés et descendus au milieu des fesses : "Impossible de les porter au collège, c'était inscrit dans le règlement intérieur. Pas le droit aux vêtements troués, ni montrer son caleçon. Franchement, c'est plus sympa de voir des élèves avec des styles vestimentaires différents que d'avoir des centaines de clones habillés pareils ! Je ne comprends pas l'intérêt de règles si strictes au collège." De son côté, Lila trouve cela plus amusant : "C'est le plus surprenant quand on débarque au lycée. Il y en a pour tous les goûts, des gothiques, des tectoniques, des sportifs... alors que 3 mois plus tôt, en 3ème, tout le monde est plus ou moins habillé pareil. Moi, ce qui m'a plu, c'est de pouvoir enfin me mettre du rouge à lèvres. Et des créoles aux oreilles. Tout cela était interdit dans mon collège. Je ne vois pas où était le problème ! Il y a aussi des différences s'agissant de la longueur des jupes – pas au-dessus du genou au collège –, des piercings et des teintures de cheveux – toutes les couleurs autorisées désormais. Et ça n'empêche personne de travailler."

Les professeurs

Face à des élèves plus âgés, et donc supposés plus responsables, les professeurs relâchent souvent un peu leurs brides. Jean-Yves a été professeur de SVT (Sciences et Vie de la Terre) en collège pendant 6 ans avant de rejoindre le lycée. "Je refuse de 'fliquer' mes premières ou terminales comme je le faisais pour mes petits collégiens", explique-t-il. "Avec les plus jeunes, je donne des leçons à apprendre, en interroge un devant la classe au début de chaque cours et axe les exercices et les interrogations écrites sur le 'par cœur'. En revanche, au lycée, surtout en terminale, j'estime que j'ai face à moi des adultes ou presque qui ont un examen à passer. Ils prennent leurs responsabilités. Je ne vais pas vérifier que chacun a appris sa leçon ou bien fait ses devoirs. Je considère que mon travail est de faire progresser leur réflexion. Evidemment, cela suppose qu'ils soient suffisamment mûrs pour être autonomes. Globalement, ça marche très bien".

Etudes