Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Love & Sexo

Je jouis, là ? Comprendre et reconnaître l’orgasme féminin

Publié par
l'Etudiant Trendy
, le
Je jouis, là ? Comprendre et reconnaître l’orgasme féminin

MA SEXO, MA SANTE - L'orgasme feminin reste encore un phenomene peu connu. D'ou nait-il exactement ? Du clitoris, du vagin ? A quoi ressemble-t-il et comment le reconnaitre ? On entre avec vous, sans tabou, dans les coulisses de l'orgasme feminin. Bon voyage (et ne revenez pas trop vite).

Ça ressemble à quoi, l’orgasme féminin ?

Du grec "orgân" signifiant "bouillonner d’ardeur", l’orgasme est en quatre mots le "sommet du plaisir sexuel". Il se reconnaît par l’irruption soudaine d’un plaisir très intense au plus profond du corps. Lors d’un rapport sexuel avec pénétration, ou même grâce à des caresses manuelles ou buccales (ou les deux) le plaisir monte progressivement. Outre une importante lubrification des petites lèvres et du vagin au moment clé, le clitoris devient plus gros et plus dur, ainsi que l’extrémité des seins. Le rythme cardiaque s’accélère et on perd petit à petit le contrôle de son corps. Jusqu’au moment où le corps entier se tend. On ressent alors des contractions musculaires rythmées des muscles du périnée, du vagin et de l’utérus ainsi qu’une décharge de plaisir dans tout le corps, parfois localisée exclusivement dans le bas du ventre. L’orgasme est là (tadam). Il arrive parfois que ce plaisir s’accompagne de gémissements et de cris plus ou moins forts, encore une fois peu contrôlés. Et si c’est parfois intense que nos mains se crispent, saisissent l’oreiller, frappent le mur ou agrippent fort la peau de non partenaire. On peut constater également une sorte d’éjaculation d’un liquide au niveau de la vulve. Ce moment de plaisir intense dure entre dix et vingt secondes et se termine par une période de redescente, d’abandon, puis d’apaisement.

Le plus connu, l’orgasme clitoridien

En stimulant le clitoris, ce tout petit organe, vous pouvez découvrir d’intenses sensations qui vous mèneront certainement à l’orgasme. Que les caresses soient manuelles ou buccales, qu’elles soient prodiguées par soi-même (masturbation) ou par son partenaire ou encore qu’elles soient le résultat d’un rapport sexuel avec pénétration, elles seront toujours très agréables (sauf maladresse). Pourquoi ? Parce que le clitoris est le centre du plaisir féminin : il est né pour ça et ne sait faire que ça ! Certains hommes ignorent encore que le clitoris existe et pensent que seule la pénétration procure du plaisir à leur partenaire. Le meilleur moyen pour atteindre le plaisir ultime est de bien connaître cet endroit du corps et de guider un partenaire parfois maladroit. La stimulation clitoridienne se réalise en caressant très délicatement la zone du clitoris. Tout d’abord, tout autour, puis en se rapprochant doucement du petit bouton sensible. Mains, langue, sex toys, tout est bon pour le stimuler à condition de respecter une grande douceur sur cet endroit très sensible et fragile. Le plaisir obtenu par l’orgasme clitoridien serait le plus facile à obtenir, mais, aux dires de certaines femmes, moins intense que l’orgasme vaginal.

L’orgasme vaginal, ce grand mystère

Le clitoris étant plus accessible, c’est souvent ce petit organe qui mène au plaisir. Mais le vagin procure également beaucoup (beaucoup) de plaisir. L’intérieur du vagin est recouvert de nombreuses terminaisons nerveuses. Cependant, celles-ci sont particulièrement concentrées à son entrée, sur la partie supérieure (vers le haut). C’est cette zone que certains appellent le "Point G". Des chercheurs affirment que le point G ne serait que la prolongation de l’organe du clitoris, dont les terminaisons nerveuses internes aboutiraient à cet endroit. Autrement dit, que l’orgasme soit vaginal ou clitoridien, c’est la même zone qui serait titillée, bien qu’on ne la réveille pas de la même façon ! Vous pouvez trouver facilement votre point G en introduisant votre majeur dans votre vagin : c’est une zone qui fait la taille d’une pièce d’un euro, plus épaisse et dure que le reste de la muqueuse. Contrairement à pas mal d’idées reçues, le vagin n’est pas particulièrement sensible aux frottements du va et vient, mais plutôt aux pressions et aux massages internes. Auquel cas une action plutôt manuelle dans un premier temps (à la recherche du point G), via des massages longs et progressivement appuyés serait le pied pour prendre… son pied. Ensuite, d’accord pour une pénétration vaginale ! Qui sera d’autant meilleure que le clitoris ne sera pas oublié… !

Orgasmes multiples : on remet ça ?

Contrairement aux hommes qui connaissent une période réfractaire plus ou moins longue entre deux érections, certaines femmes peuvent jouir plusieurs fois de suite. Ces femmes "multi-orgasmiques" peuvent par exemple enchaîner un orgasme clitoridien, puis un orgasme vaginal, pour un plaisir décuplé. Cependant, la multiplication du nombre d’orgasme ne garantit ni leur intensité ni leur qualité. Parfois, se satisfaire d’un seul orgasme particulièrement intense est préférable à deux ou trois orgasmes décevants… Cela dépend de chacune ! Il arrive également qu’une femme croit avoir plusieurs orgasmes d’affilée, alors qu’il s’agit du même qui agit de manière intermittente : une sorte d’orgasme long à la détente qui se réveille en plusieurs fois et fait vraiment plaisir !

Love & Sexo