Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Ma vie d'étudiant Etudes

Harcèlement à l'école : les adultes ont un rôle à jouer

Publié par
l'Etudiant
, le
Harcèlement à l'école : les adultes ont un rôle à jouer

Une situation à ne pas prendre à la légère

Catherine Giraud, psychologue à la Maison de Solenn et à ParisTech, avoue la tendance des adultes à négliger le phénomène. " Les élèves harcelés sont rarement bien accueillis par l'institution scolaire, c'est un drame supplémentaire pour eux ".

Fabienne, professeur d'histoire-géographie, dans un lycée de banlieue dijonnais reconnait que certains de ses collègues prennent les choses à la légère. " Parfois, dans la salle des profs, j'entends des choses qui me révoltent. Par exemple, que si l'élève en question faisait un peu d'efforts pour aller vers les autres, ça ne lui arriverait pas. J'ai eu plusieurs discussions houleuses avec d'autres enseignants à ce sujet. Je pense qu'il faut être très attentif. Dès que je sens qu'une partie de la classe s'acharne sur un seul élève, je tente une médiation en douceur. Je fais tout pour que la situation ne s'installe pas. Pendant les heures de vie de classe notamment, j'organise des discussions sur la différence, la tolérance, l'empathie... J'essaie d'amener les élèves les plus sensibles à réfléchir et à se rendre compte de ce qu'un élève isolé ainsi peut ressentir. "

Le rôle clé des témoins

Dans cette situation, le personnage clé n’est pas celui qu’on croit. " _ Le harceleur est bien souvent aussi en pleine souffrance_ , poursuit Catherine Giraud, il a l’impression de perdre le contrôle sur le monde, alors il se venge sur une cible. " Ce n’est pas tant de lui qu’il faut attendre un déclic pour que les moqueries stoppent, mais plutôt de ceux qui assistent aux moqueries répétées.

" Les témoins ont un rôle déterminant, poursuite-elle. Ils sont des complices tacites : ils ne disent rien parce qu’ils sont bien contents que cela ne soit pas tombé sur eux. Cependant, des études américaines ont montré qu’ il suffit qu’une seule personne s’interpose une fois pour que le harcèlement s’arrête. "

À lire aussi sur letudiant.fr : - Ma vie de lycéen : "Je suis la tête de turc de ma classe." - Comment être bien vu par son prof sans passer pour un fayot ? - Violences scolaires : courez-vous des risques en allant en cours ? - Les conseils du CPE de Ma vie de lycéen en cas de harcèlement.

Enregistrer

Enregistrer

Etudes