Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Psycho

Enquête. Le bonheur : attention, fragile ?

Publié par
Stéphane Moret
, le
Enquête. Le bonheur : attention, fragile ?

Êtes-vous heureux ? C'est la question qu'on a voulu vous poser à travers un grand sondage en ligne, dont voici les résultats. Premier verdict : les amis et la famille comptent beaucoup pour vous, votre vie numérique beaucoup moins.

Globalement, ça va... mais le bonheur pourrait tenir à pas grand-chose. C'est le principal enseignement de notre grande enquête Trendy, à laquelle vous avez été plus de 6.000 répondants de 14 à 24 ans. Déjà, merci pour toutes ces réponses, ça nous rend heureux, à la rédac !

Dossier spécial bonheur. - Les réseaux sociaux et le bonheur - La famille et le bonheur - VIDÉO. Pour vous, c'est quoi, le bonheur ?

Pour savoir comment vous alliez, nous vous avons demandé, sur une échelle de 1 à 10, quelle note de bonheur vous vous donniez. Entre 7 et 8 pour la moitié des répondants, c'est plutôt positif. D'autant plus que vous êtes 84 % à vous donner au moins la moyenne.

Pour être heureux, la base, ce sont les copains. Vous êtes plus de la moitié des sondés à partager l'essentiel de vos bons moments avec vos amis. Suivent les amoureux (18 %), les parents (13 %), juste devant les frères et sœurs (12 %).

Un bonheur si fragile

Ce bonheur ne serait-il que de façade ? La question se pose, surtout lorsque vous vous sentez obligés d'être heureux vis-à-vis de votre entourage : vous êtes 38 % des sondés à ressentir cette pression sociale parfois, 32 % souvent, et 7 % d'entre vous la ressentent en permanence. Soit 77 % des interrogés. De l'obligation de surjouer la joie à un sentiment de tristesse, il n'y a qu'un pas. Vous êtes 90 % à vous sentir tristes parfois, souvent ou tout le temps. Un ascenseur émotionnel important propre aux affres de la jeunesse, ou un sentiment plus durable installé dans notre société ?

Alors que vous faut-il pour être heureux ?

Les amis et la famille sont encore en première ligne : dans les relations proposées, ce sont les seuls qui se voient attribuer d'un choix "très important" plutôt qu'"important". Les amours sont moins essentielles : seuls 35 % d'entre vous les jugent "très importantes". Dans la vie quotidienne , pour être épanouis, vous misez tout sur la santé , devant votre futur job et les études, puis sur votre vie sociale , alors que le salaire et la sexualité ne sont absolument pas mis en avant comme éléments de votre bonheur.

Alors, que faites-vous quand vous vous sentez moins bien ? Paradoxalement, si les amis et la famille sont essentiels, ce n'est pas vers eux que vous vous tournez, mais vers des activités plutôt solitaires : regarder un film/une vidéo ou écouter une chanson dans la moitié des cas. Ensuite, faire du sport intervient comme un défouloir, et enfin seulement appeler ou aller voir un ami. La lecture, les jeux vidéo ou naviguer sur les réseaux sociaux ne sont pas des valeurs refuges, puisqu'elles sont peu plébiscitées.

D'ailleurs, les réseaux sociaux semblent plutôt anxiogènes : la moitié d'entre vous n'en ont pas vraiment besoin pour être heureux et un tiers pas du tout. Ce n'est pas non plus l'argent qui fait le bonheur : vous êtes 60 % à ne pas en avoir besoin pour se sentir heureux. Alors pour vivre heureux, vivons cachés ? Peut-être, étant donné que seulement 18 % estiment qu'être en couple est essentiel pour y parvenir.

Psycho