Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Ma vie d'étudiant Mon appart

Déménager pour ses études : comment s’approprier un logement provisoire ?

Publié par
Virginie Plaut
, le
Déménager pour ses études : comment s’approprier un logement provisoire ?

Études en France ou a l'etranger, stages a l'autre bout du pays… de plus en plus d'etudiants ont la bougeotte. Le probleme, c'est de reussir a se creer un "chez soi" quand on en change tout le temps. Les astuces de notre experte pour se sentir "a la maison" partout.

Pour la cinquième fois en 5 ans, Pierre, étudiant à l'IEP (institut d'études politiques) de Lyon, s'apprête à déménager. "Entre l'arrivée à Lyon, les stages d'été à Paris et à Marseille, l'année de césure... je suis un vrai nomade, s'amuse-t-il. Au moins, je ne me lasse pas de mon logement !"

Colocation, sous-location, chambre de bonne... Le jeune homme a tout expérimenté, ou presque. Mais le perpétuel changement a aussi des inconvénients. "Comme je ne reste jamais bien longtemps au même endroit, et que je ne suis pas très riche, je ne fais aucun frais, reconnaît-il. Résultat, je suis un peu comme à l'hôtel, je ne me sens jamais vraiment chez moi."

Un coup de pinceau pour prendre ses marques

Et pourtant, s'approprier son logement, même provisoire, n'est pas si difficile, ni coûteux. Pour commencer, un petit coup de pinceau de la couleur de votre choix peut vous aider à prendre possession des lieux. "Si le logement est un peu défraîchi, et si vous avez un peu de temps avant d'emménager, vous pouvez toujours négocier avec le propriétaire pour qu'il refasse les peintures , explique Émilie Sainton, consultante en architecture d'intérieur. Ce sera une plus-value pour lui après votre départ. Et même s'il refuse de vous accorder une remise sur votre loyer, n'hésitez pas à investir dans un pot de peinture et à sacrifier une demi-journée pour repeindre. Ce n'est pas insurmontable, et cela peut être très important pour votre confort personnel." Idem pour le sol, surtout s'il est un peu usé, habillez-le avec un joli tapis.

Pourquoi pas du mobilier d'occasion ?

À moins de vous installer dans un meublé ou de vous mettre au camping, vous allez avoir besoin de meubles. Un gros poste de dépenses, surtout pour les étudiants. "Alors, c'est simple, on fait l'impasse sur le superflu , insiste l'architecte d'intérieur. Et on se concentre sur l'indispensable : le lit, la table, les espaces de rangement." Pour alléger au maximum la facture, Émilie Sainton a ses astuces : "Si on aime le neuf, évidemment, l'idéal, ce sont les enseignes du type Ikéa. Et avec un budget légèrement supérieur, Fly et Alinéa. On y trouve du mobilier accessible en termes de prix, mais aussi de petite taille et modulable." La récupération est une formule encore plus économique pour ceux que la "seconde main" ne rebute pas. "Fouinez sur leboncoin.fr, dans les dépôts-ventes, chez Emmaüs ou dans les vide-greniers." Et lors de votre départ, faites le chemin inverse ! Mettez vos meubles en vente... ou offrez-les à une association si vous pouvez vous permettre d'être généreux. N'hésitez pas à proposer à votre propriétaire de vous racheter votre mobilier (pour pouvoir louer ensuite son logement comme un meublé). Le locataire qui vous succède pourra également être intéressé.

De la déco à emporter

Une fois le "gros œuvre" en place, reste à peaufiner la déco pour personnaliser le logement. Sauf accord du propriétaire, et à condition de laisser les systèmes d'accroche à votre départ, impossible pour seulement quelques mois de percer tous les murs pour installer votre déco. Méfiez-vous aussi de la Patafix, qui a tendance à laisser des traces... Pas de panique, notre experte a plus d'un tour dans son sac. "Dans la salle de bains, les ventouses permettent de fixer un rangement supplémentaire ou de la déco. Il y a des patères qui peuvent se placer en haut des portes. Enfin, sur un mur sain, on peut poser des stickers, sans les maroufler trop fort. Ainsi, avant le départ, il sera possible de les enlever... et de les emporter avec vous." Pour le reste, laissez libre cours à votre imagination : "Cadres, bougies avec des couleurs sympathiques, coussins pour le canapé, rideaux... Que des objets mobiles, sans fixation, et... réutilisables dans votre prochain point de chute !"

Publi-information :

Mon appart