Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
tracking
Pop culture Applis & Réseaux sociaux

Déclarez votre flamme avec Spotted, le nouveau phénomène Facebook

Publié par
Florian Reynaud
, le
No thumbnail

Le courrier du coeur quitte le journal pour les reseaux sociaux. Sur Facebook, des centaines de pages Spotted fleurissent pour les universit es, les lycees, et les colleges. L'inconnu(e) de la cafeteria vous a tape dans l'oeil ? Il ou elle est peut-etre a portee de clic.

Pour retrouver un(e) inconnu(e) croisé(e) dans la rue, vos parents avaient droit aux petites annonces dans Libération, vous avez droit à des pages spéciales sur Facebook. Nouveau concept du réseau social, ces pages « Spotted » (comprenez « Localisé ») vous permettent de créer une page à propos d’un lieu, pour y déposer vos annonces « Je t’ai vue en cours de droit, 3ème rang, tu portais un pull rouge… ». Inutile de vous dire que les universités et écoles sont déjà nombreuses à posséder leurs pages Spotted, tant les campus sont des lieux de rencontre potentiels. Originaire des Etats-Unis, puis importé, de Belgique et d’Allemagne, le phénomène s’est étendu au-delà des campus et lieux d’étude. Les lignes de transport franciliennes, (par exemple le RER A) ont presque toutes leur page.

Dites-le avec des « Like ».

La démarche est enfantine. Une page Spotted existe pour votre fac, lycée, collège ? Il suffit d’envoyer un message à l’administrateur de la page Facebook, généralement sous forme de vers plus ou moins poétiques. La déclaration sera ensuite publiée anonymement.

Pas dit que vous retrouverez l’élu(e) de votre cœur avec ce principe (encore faut-il lire la page), mais ça permet de s’amuser un peu. Attention aux dérapages toutefois, des écoles belges tentent déjà de faire interdire ces pages car les personnes mentionnées ou « déclarées » peuvent être victimes de moqueries. En France, certaines pages font déjà l’objet de débordements et les messages haineux remplacent les déclarations d’amour.

Attention également à la communication des écoles, puisque ces pages ne sont pas du tout affiliées aux établissements, et peuvent provoquer une confusion avec les fan-pages. En Grande Bretagne, la page Spotted d’une université de Manchester a été fermée pendant une semaine à cause de cette confusion. Pas de réaction pour l’instant en France. Des universités lyonnaises que nous avons contacté préfèrent ne pas communiquer sur le sujet. « Tant que le phénomène reste canalisé, on ne veut pas y toucher, pour éviter de provoquer l’emballement », nous confie un service de communication. D’autant plus qu’il est difficile de savoir qui se cache derrière une page Facebook.

Arthur, dans un "petit lycée de Bordeaux", témoigne à propos de la page Spotted de son lycée : "Tout le monde cherche le propriétaire et créateur de la page, qui à accès au noms des admirateurs et admirés. Cette page fait polémique car concentrer tous les élèves sur une même page peut vite mener à des dérives, si un des élèves publie des ragots. Donc, il faut prendre du recul sur cette page qui n'est qu'un effet de mode." Pour éviter les dérives, Erwin de Saint Légier, un étudiant de 20 ans, a « franchisé » une centaine de pages Spotted, afin de modéliser les présentations. L'Etudiant Trendy l'a interviewé :

3 questions à... Erwin de Saint Légier, créateur de 120 pages Spotted

- Quelle est l'inspiration pour les premières pages Spotted en France ?

« C’est ma copine, allemande, qui a commencé à me dire que ça marchait super bien là-bas. En France, il y avait une ou deux pages, inactives. Ca ne prenait pas. Alors on a lancé ça à deux : la première journée, on a fait les plus gros campus, par la suite on a fignolé. »

- Quels avantages et quels inconvénients ?

« Plus d’une dizaine de jeunes couples m’ont envoyé des messages de remerciements. Au-delà des relations qui se créent, il y a aussi des moments très drôles. J’ai par exemple reçu la déclaration d’amour…d’une prof, à un élève. » En revanche, Erwin le reconnait, tout n’est pas rose. « Je ne peux pas gérer toute la modération, alors on délègue, et parfois certains messages vraiment limites sont publiés. Puis on a dépassé le cadre de nos propres pages Des dizaines voire des centaines de collèges et de lycées ont leurs propres pages crées par des élèves. Quand des mineurs sont impliqués ça devient gênant. »

- Quel avenir pour les pages Spotted ?

« Notre objectif est de sortir Spotted de Facebook. On va essayer de trouver un accord avec une boite qui travaille sur ce genre de projets, dans le but d’améliorer l’expérience. Mais nous ne voulons surtout pas nous faire manger par une grosse boite. » Et les pages qu’il ne gère pas ? « Je suis inquiet. Les pages Spotted pour des lycées ou des collèges vont trop loin. Très souvent ces pages colportent aussi des ragots. C’est vrai aussi pour certaines universités. Et une rumeur lue par 5.000 personnes, ce n’est jamais sain. »

*Ce qui se dit sur les pages Spotted (et après les images, découvrez ce qui se dit de Spotted sur les réseaux sociaux) : *

Ce que vous dites des pages Spotted sur Twitter :

J'ai découvert le spotted de ma fac j'me sens dans l'obligation d'en faire des faux..

>

— ► Chichoum (@HichemHeat) February 4, 2013

Tout le lycee devient parano avec ses spotted, tous le monde se regarde de hautbas.. Mdrr

>

— Marie (@MarieKloss) February 4, 2013

Cette mode des pages FB spotted ça me fait doucement penser à du Stalking2.0 assumé

>

— John _Candy (@UnderskorCandy) February 4, 2013

Bordel y'a un Spotted Poudlard. C'est énorme !!!

>

— Alyssia (@TheAlyction) February 5, 2013

Des trucs de fou ici. Après les spotted sur Facebook les comptes Twitter avec des rumeurs.. #Dangerous #bad

>

— S. (@h0neyMan0n) February 5, 2013

Ca y est, j'ai mes petites fanpages "spotted". Ils ont tardé nos étudiants. :)

>

— Nilav (@nilav_) February 5, 2013

*Et vous, que pensez-vous des pages Spotted ? Les avez-vous déjà utilisées ? Exprimez-vous dans les commentaires de cet article. *

Crédits : meltygroup