Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Lifestyle Food

Dans le frigo de... Charlotte et Adrien, étudiants parisiens

Publié par
Raphaëlle Orenbuch
, le
Dans le frigo de... Charlotte et Adrien, étudiants parisiens

Charlotte et Adrien, 23 ans tous les deux, sont originaires du sud de la France. Elle est en stage de journalisme, il est en en master 1 de theorie politique a Sciences po Paris. Ils vivent ensemble depuis peu, dans un petit appartement du XVe arrondissement de Paris. Le couple doit s'adapter a la vie a deux et aux prix plus eleves de la capitale, deux nouveaux parametres qui comptent au moment des courses.

Que trouve-t-on dans votre frigo – et vos placards ?

Adrien. – On achète beaucoup de crudités toutes faites type carottes râpées, taboulé... Du jambon blanc, des steaks hachés, des escalopes de poulet, des légumes comme des tomates ou des poireaux. Charlotte. – Et dans le placard : beaucoup de pâtes, souvent à la sauce pesto rosso ! Du pain, des soupes, des haricots verts en boîte. Du vin, de temps en temps.

Comment vous organisez-vous pour faire vos courses ?

Charlotte. – On fait les courses tous les deux, un jour de semaine vers 19 heures, quand je rentre du travail. Quand on habitait dans le Sud, on prenait le temps d'aller au marché, ici on va toujours au supermarché. Adrien. – On repousse souvent le moment d'aller faire les courses... généralement, on attend que le frigo soit vraiment vide. Pour ce qui est du paiement, on avait tenté le système de pot commun, mais ça ne marchait pas trop, donc on paie une fois chacun et on s'arrange.

Quel est votre budget hebdomadaire pour les courses alimentaires ?

Charlotte. – Je dirais une centaine d'euros toutes les deux semaines. Sans compter le repas du midi, puisqu'on ne mange pas ensemble. Adrien. – Même soixante euros par semaine je pense.

Y a-t-il des produits que vous n'achetez jamais parce qu'ils sont trop chers ?

Adrien. – Je pense qu'on s'autocensure sur les produits vraiment chers. Mais quand on a envie de se faire plaisir sur un bon vin ou un bon fromage par exemple, on le fait. Charlotte. – On se censure surtout en allant uniquement en grande surface et pas dans des boucheries, fromageries ou poissonneries. On privilégie les produits des marques les moins chères, sans que ça soit obsessionnel pour autant.

“On fait les courses tous les deux, un jour de semaine vers 19 heures, quand je rentre du travail.” // © Photo fournie par le témoin

_ _

Prenez-vous le temps pour cuisiner ?

Adrien. – Souvent je rentre plus tôt qu'elle, donc c'est moi qui prépare à manger. C'est très rare que j'entreprenne de grands plats, ça reste souvent très basique. Charlotte. – C'est celui qui rentre le plus tôt qui cuisine ! Mais non, généralement, ce n'est que du réchauffé ou des plats froids. On a dû se faire une soupe maison, une fois en deux mois ! Mais c'est surtout parce que notre cuisine est toute petite et mal équipée que l'on ne cuisine pas plus. Adrien. – Et aussi parce qu'on n'est pas vraiment des grands cuistots dans l'âme !

Devez-vous prendre en compte certaines contraintes dans votre alimentation ?

Charlotte. – On ne suit pas de régime particulier ni l'un ni l'autre, mais par contre c'est sûr qu'en vivant en couple, on s'ajuste obligatoirement à l'autre. Je mangeais moins de féculents quand je vivais seule par exemple, et si je décide de faire attention à ce que je mange, il s'adapte aussi.

Vous autorisez-vous un resto de temps à autre ?

Charlotte. – Oui, on aime bien se faire un bon resto (25 € par personne environ), mais ça reste assez rare. On se l'autorise une fois par mois à peu près. Adrien. – En revanche, on va plus souvent dans des fast-foods, environ une fois par semaine !

Food