Recherchez des articles, des quizzes, des dossiers...
Psycho - Sexo Psycho

Comment gérer ma mère en vacances ?

Publié par
Anne-Solange Tardy
, le
Comment gérer ma mère en vacances ?

Vous pensiez que debarrasser la table et passer le balai une fois par semaine suffiraient pour avoir la paix avec votre mere pendant les vacances. C'etait sans compter sur son cote - au choix - mere poule, generale en chef ou "teacher forever"… Petits conseils pour bien le gerer et eviter de voir voir vos vacances gachees *. * * *

Techniquement, les vacances, c’est fait pour se reposer, surtout après des mois de révisions et de travail… C’est sans compter les assauts répétés de notre merveilleuse génitrice qui a bien l’intention de rattraper le temps passé loin de nous, que ce soit en termes de câlins, de ragots ou d’autorité. Car maman chérie estime que ça va être chaud de rattraper tous les longs mois passés loin d’elle en huit semaines seulement.

CAS N°1 : EN VACANCES, MA MÈRE DEVIENT UNE VRAIE GLUE…

Ou comment une femme normale se transforme en inquiétant pot de glue. À côté, même notre petite cousine Sophia, 6 ans, qui nous regarde comme une princesse de contes de fée et ne nous lâche pas d’une semelle, fait preuve d’une étonnante indépendance.

Depuis qu’on a posé nos valises dans l’entrée de la maison de famille, on n’arrive plus à se dépêtrer de notre adorée mère. Et, face à un enthousiasme aussi débordant pour aller acheter une salade bras dessus, bras dessous, on finit par ne plus trop savoir s’il faut s’attendrir ou s’énerver, mais ce dont on est sûre, c’est qu’on compte les jours qui nous séparent de cette semaine au vert chez notre pote Maïa.

Le bonheur d’écosser des petits pois

Ainsi, Lolita raconte : “ Lorsque je passe quelques jours de vacances à la maison, maman se met à s’enthousiasmer d’un rien. Elle me propose une descente chez l’épicier du coin avec la même ardeur qu’une place au premier rang pour le défilé Chanel, tremble de bonheur lorsqu’on écosse les petits pois ensemble ou s’émeut à l’évocation de ces heures merveilleuses passées toutes les deux à faire la cuisine. J’adore ma mère et je suis toujours ravie de la voir… Mais a-t-elle besoin de mimer le bonheur perpétuel sous prétexte que je suis là ? ”

Sur ce point, on a juste une petite précision à apporter : notre adorée mère ne mime pas. Notre adorée mère estime que le comble du bonheur consiste à écosser les petits pois avec sa fille chérie jusqu’à la fin des temps. Et nous, quand on sera maman à notre tour, on fera moins la maligne.

La brioche pour sa fille secouriste de plage

“ Elle me cooooooooolle ! se lamente Sofia. Cette année, je suis secouriste sur la plage où j’ai passé mon enfance. Quand j’étais petite, les sauveteurs en mer étaient des héros à mes yeux et aujourd’hui, j’en fais partie. Autant dire que je ne suis pas peu fière. Si seulement ma mère pouvait éviter de débarquer à tout moment pour un oui ou pour un non. Pour me proposer, “ainsi qu’à mes amis”, une tranche de brioche à la confiture. Pour me demander ce que je fais ce soir, si je dîne à la maison… et mille autres petites choses perso qui font mourir de rire les gars avec qui je travaille. ”

Comment gérer l’affaire ? Attention, là, il y a un piège. À première vue, on pourrait croire que notre tendre mère ne nous a pas vu grandir et qu’elle est ravie de nous avoir sous le coude pour exercer encore un peu de son autorité maternelle. Or il n’en est rien : maman est tout simplement ivre de fierté de pouvoir montrer à toute la plage que sa fille à elle est sauveteur en mer. Et ça, rien à faire : on ne connaît aucun remède à la fierté débordante (et ô combien justifiée) d’une maman.

À lire aussi dans ce dossier :

- Cas n° 2 : quand ma mère la joue générale en chef en vacances

- Cas n° 3 : quand ma mère se croit “teacher forever” en vacances

Psycho